Méditations vendredi saint

 

" Avec Toi, nous passons de la mort à la vie "

Christ, ressuscité pour notre vie !
Pour nous,

le Christ s'est fait obéissant,
jusqu'à la mort,
et la mort sur une croix.
Voilà pourquoi
Dieu l'a élevé souverainement
et lui a donné le Nom qui est au-dessus de tout nom.
Christ, mort pour nos péchés,
Christ, ressuscité pour notre vie !

-  1) Utilisons notre imagination pour contempler les évènements du Vendredi Saint. Essayons de visualiser intérieurement la souffrance de Jésus. Prenons notre temps. Contemplons un moment en particulier qui touche une corde sensible de notre âme. L’important est de laisser notre cœur s’émouvoir par l’amour de Jésus pour nous. Il s’est offert afin d’effacer nos péchés : « A cause de ses souffrances, il verra la lumière, il sera comblé. Parce qu’il a connu la souffrance, le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes, il se chargera de leurs péchés. C’est pourquoi je lui donnerai la multitude en partage, les puissants seront la part qu’il recevra, car il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort, il a été compté avec les pécheurs,alors qu’il portait le péché des multitudes et qu’il intercédait pour les pécheurs. » (Isaïe 53 :11-12)

-  2) L’humiliation est une attaque contre notre dignité humaine. Notre valeur en tant que personne s’en trouve touchée. Comme nous souffrons quand nous sommes humiliés ! Accepter par amour d’être humilié revient à accepter une mort intérieure. C’est accepter de mourir à soi-même. C’est bien ce que le Christ a accepté par amour pour nous. Il s’est laissé humilié par amour pour moi pour que je devienne humble par amour pour lui. « Le Christ lui-même a souffert pour vous et vous a laissé son exemple afin que vous suiviez ses traces, lui qui n’a jamais commis de péché ni proféré de mensonge : couvert d’insultes, il n’insultait pas ; accablé de souffrances, il ne menaçait pas, mais il confiait sa cause à Celui qui juge avec justice. Dans son corps, il a porté nos péchés sur le bois de la croix, afin que nous puissions mourir à nos péchés et vivre dans la justice : c’est par ses blessures que vous avez été guéris. » (1Pierre 2 :21-24)

-  3) Regardons Jésus sur la croix. Imaginons-Le suspendu au bois de la croix, agonisant, son corps meurtri au point d’être méconnaissable. Chaque instant des trois longues heures doit sembler une éternité. Contemplons l’humanité du Christ : « Il s’est fait homme de la Vierge Marie...Il est l’agneau silencieux, l’agneau immolé, l’agneau né de la Vierge Marie. Il a été arraché au troupeau, traîné jusqu’à l’abattoir, immolé le soir, et enterré la nuit. Aucun de ses os n’a été brisé, son corps n’a pas connu de corruption. Il est Celui qui est ressuscité des morts, et qui a relevé l’homme des profondeurs du tombeau. » (d’une homélie du jour de Pâques du saint Melito, évêque de Sardis)

Prière

Seigneur, que la contemplation de ta passion et de ta mort remue mes sentiments, touche mon cœur et, surtout, atteigne ma volonté. Aide-moi à percevoir la profondeur de ton amour pour moi et pour toutes les âmes. Que ton amour sacrificatoire allume en moi un grand désir de sauver des âmes.

Chemin de la croix (5e station): le portement de la croix par Jérôme Bosch

Leçon d'amour

Le vendredi saint, Jésus nous donne, par sa mort, une leçon sublime, divine, héroïque sur l'amour. Il avait tout donné: sa vie auprès de Marie dans la pauvreté et l'obéissance. Trois années de prédication où il a révélé la Vérité, rendu témoignage au Père, promis l'Esprit Saint et fait toutes sortes de miracles d'amour.

Trois heures sur la croix d'où il pardonne à ses bourreaux, ouvre au larron les portes du Paradis, nous donne sa Mère ( lire te texte de l'hymne Stabat Mater ) et finalement son Corps et son Sang qu'il nous avait peu avant mystiquement donnés dans l'Eucharistie. Il lui restait sa divinité.

Son union avec le Père, sa très douce et ineffable union avec lui, qui l'avait rendu si puissant sur la terre en tant que Fils de Dieu et si royal sur la croix, ce sentiment de la présence de Dieu devait disparaître de son âme; l'union ne devait plus être ressentie; il devait se sentir désuni en quelque sorte de Celui avec qui il affirmait être un: "Le Père et moi nous sommes un" (Jn 10,30). En lui l'amour était anéanti. La lumière éteinte. La Sagesse se taisait.

Il s'est donc fait rien pour nous faire participer au Tout. Ver de la terre (cf. Ps 22,7) pour faire de nous des fils de Dieu. Nous étions séparés du Père.

Il était nécessaire que le Fils, en qui nous sommes tous récapitulés, éprouvât la séparation du Père. Il devait expérimenter l'abandon de Dieu pour que nous ne soyons jamais plus abandonnés (lire les textes sur la "Nuit de Mêre Teresa" ). Il avait enseigné que personne n'a de plus grand amour que celui qui donne sa vie pour ses amis.

Lui, la Vie, donnait tout de lui-même. C'était le sommet, la plus belle expression de l'amour.

Son visage est caché derrière les multiples souffrances de nos vies qui ne sont rien d'autre que Lui. Oui, parce que Jésus abandonné est l'image du muet: il ne sait plus parler. Il est l'image de l'aveugle: il ne voit pas; du sourd: il n'entend pas. C'est l'homme épuisé qui gémit. Il est au bord du désespoir. Il est l'affamé d'union avec Dieu. C'est l'image du désenchanté, du trahi, on dirait un raté. Il représente le peureux, le timide, le désorienté. Jésus abandonné est ténèbres, mélancolie, contradiction. Il est l'image de tout ce qui est étrange, incompréhensible, de ce qui est à la limite du monstrueux, car c'est un Dieu qui crie: "Au secours!". Il est le solitaire, le délaissé... Il apparaît inutile, exclu, traumatisé...

Nous pouvons donc le reconnaître en chaque frère souffrant. Alors, en approchant ceux qui lui ressemblent, nous pouvons leur parler de Jésus abandonné.

Et pour ceux qui se voient semblables à lui et acceptent de partager son sort, il devient: pour le muet, la parole; pour l'ignorant, la réponse; pour l'aveugle, la lumière; pour le sourd, la voix; pour l'épuisé, le repos; pour le désespéré, l'espérance; pour celui qui est séparé des siens, l'unité; pour l'anxieux, la paix. Grâce à lui, les personnes se transforment et le non-sens de la souffrance acquiert un sens. Il avait crié sa question à laquelle nul n'avait répondu, afin que nous ayons une réponse à chacune de nos questions. Le problème de la vie humaine est la souffrance. Quelle que soit sa forme, aussi terrible soit-elle, nous savons que Jésus l'a prise sur lui et transforme, par une alchimie divine, la souffrance en amour. Je peux dire par expérience que dès que nous accueillons avec joie une souffrance, pour être comme lui, puis nous continuons à aimer en faisant la volonté de Dieu, la douleur, si elle est spirituelle, disparaît, et si elle est physique, son joug devient plus léger.

Notre amour pur, au contact de la souffrance, la transforme en amour; d'une certaine façon, il la divinise, comme si se poursuivait en nous si l'on peut s'exprimer ainsi la divinisation que Jésus a faite de la souffrance. Et, après chaque rencontre avec Jésus abandonné aimé ou accepté, je trouve Dieu de façon nouvelle, dans un rapport plus intime, plus ouvert, dans une unité plus pleine.

La lumière et la joie resplendissent à nouveau; et avec la joie, la paix qui est le fruit de l'Esprit. La lumière, la joie, la paix particulières, qui émanent de ceux qui étreignent la souffrance, frappent même les personnes les plus difficiles et les désarment. Cloués sur la croix, nous devenons mères et pères d'âmes. Son effet est donc une grande fécondité. Comme l'écrit Olivier Clément: "Et l'abîme un instant ouvert s'emplit du grand Souffle de la résurrection".

Les manques d'unité disparaissent, les déchirures sont recousues, la fraternité universelle resplendit, on assiste à des miracles de résurrection, un nouveau printemps naît dans l'Église et dans l'humanité.

Chiara Lubich



sources: http://www.seminairedequebec.org/
http://viechretienne.catholique.org/

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.




PRIÈRE pour obtenir des grâces DU SERVITEUR DE DIEU LE PAPE JEAN-PAUL II


Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×