Ne pleure pas



Accueillons notre bénédiction divine



Ma bénédiction pour aujourd'hui
En la voyant, le Seigneur eut pitié d'elle et lui dit :

'Ne pleure pas.'
Lc,7,13



En la voyant, le Seigneur eut pitié d'elle


Luc nous dit que Jésus voit cette femme. Le verbe que Luc utilise est fort.Il signifie examiner. Le regard que Jésus pose sur cette femme, sur sa souffrance,c’est le regard même de Dieu.Cette scène nous laisse entrevoir le cœur aimant de notre Sauveur. Jésus s’approche de la veuve avec compassion… non seulement elle est bouleversée par la perte de son fils, mais elle sait qu’une vie de dénuement l’attend puisque son fils décédé était sa seule ressource matérielle. Les récits des évènements de la vie terrestre de Jésus nous aide à comprendre ce qui se passe encore maintenant, de manière spirituelle et invisible. Aucune souffrance humaine ne laisse le Seigneur indifférent, surtout quand nous l’accueillons avec foi. Pensons à tous ceux qui vivent des situations difficiles. Plaçons devant le Seigneur ceux qui souffrent, les marginaux, ceux qui ont besoin d’aide spirituelle ou matérielle. Peut-être nous indiquera-t-il la manière de leur venir en aide ?

« Ne pleure pas. »



Jésus n’est pas indifférent à cette souffrance qu'il croise. Le regard qu'il pose sur ce convoi n'est pas le regard fataliste ou désabusé de celui qui ne se sent pas concerné. Jésus n’a pas qu’une pensée émue pour cette femme. Non, il prend le temps, l’initiative, le risque d’aller lui parler. Ca n’est pas une démarche facile. Il est difficile d’intervenir dans une telle détresse.Jésus console la veuve de Naïm avec des paroles simples et chaleureuses. De la même manière, il veut nous consoler et nous encourager dans notre vie de tous les jours. Combien de fois avons-nous besoin de l’entendre ! Combien de fois nous pleurons, nous nous plaignons et nous désespérons à cause de tant de petits problèmes de chaque jour ! Ecoutons Jésus en ces moments et vivons notre"croix" unie à lui. « Dieu permet cela pour continuer à purifier l’être humain et à le conduire sur un chemin semblable à celui de Jésus-Christ, celui par lequel il nous a sauvés... les épreuves que Dieu permet sont, au fond, des bénédictions. » (Ma Vie, c’est le Christ n. 25 et 40)!

Cette parole « ne pleure pas » était sûrement difficile à entendre pour cette femme parce qu'elle l'oblige à regarder plus loin que sa souffrance. C'est une parole d'espérance qui la prépare à recevoir par la foi le miracle qui va suivre. Cette femme peut déjà essuyer ses larmes. Le bout du tunnel est arrivé. Jésus lui annonce une Bonne Nouvelle. Dieu ne se contente pas de nous voir et de compatir, il nous parle dans la souffrance. Et sa Parole nous oblige bien souvent à regarder plus loin que nos malheurs, à sortir de notre apitoiement sur nous-mêmes. L'évangile est une Parole qui relève, qui restaure, qui nous met en mouvement, qui nous transforme en profondeur et qui surtout nous permet de prendre un nouveau départ. Encore faut il accepter de l'entendre, de la recevoir, de l'accueillir comme parole de Dieu pour nous.



Quand Dieu visite un coeur, il suscite en lui une vie nouvelle. Ce jour-là, « Dieu a visité son peuple » (16). Aujourd’hui, Jésus n'est plus là physiquement pour répondre comme il l'a fait ce jour là aux besoins du monde qui nous entoure, mais il est là par son Esprit. Et son Esprit, il l'a répandu sur son Eglise pour que nous soyons ses témoins dans ce monde ! La miséricorde est l'amour actif de Dieu qu'il exerce selon sa volonté et qui déborde vers l'homme qui ne la mérite pas .La miséricorde fait partie de la nature de Dieu : elle découle de son amour. Jésus fut animé de ce même attribut. La Bible exige que nous agissions par la miséricorde, qu'elle fasse partie de notre garde robe. Cette qualité fait en sorte que le Chrétien ressemble à Jésus ou non. Sans cette qualité, nous ne serons jamais comme lui!






A notre tour, Dieu nous envoie et nous demande d'aller vers ces situations de détresse pour être des témoins de son amour. La détresse a plusieurs visages. Elle peut-être physique, matérielle mais elle est aussi bien souvent spirituelle (surtout aujourd'hui dans notre société). Quand Jésus était sur la terre, les évangélistes nous disent qu'il fut rempli de compassion pour les foules qui l'entouraient car elles étaient blessées et abattues ! Quel regard portons-nous sur cette détresse? Acceptons-nous de bousculer notre emploi du temps, nos priorités du moment pour exprimer l'amour de Jésus ? Osons nous quitter pour un moment nos connaissances, nos amitiés, pour aller vers ceux que nous connaissons moins qui sont dans le besoin ? Faire cela n'est-ce pas une manière de répondre à l’ordre que le Seigneur nous a laissé avant de nous quitter : aller dans le monde pour témoigner de l’espérance de la Bonne Nouvelle de l’évangile ? Mais cette mission ne commence-t-elle pas déjà dans l'Eglise ?

Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres. Car comment être crédible si nous ne vivons pas déjà dans l’église ce que nous voudrions vivre à l’extérieur ? Un vieil hymne anglais exprime ceci : «nous sommes ses mains pour accomplir son oeuvre, ses pieds pour conduire son peuple dans ses voies, sa voix pour dire au monde ses souffrances pour lui, ses assistants pour les mener à son côté ». Personne ne peut prétendre être tout à la fois : les mains, les pieds, la bouche de Jésus dans ce monde. C'est pourquoi Dieu a voulu l'Eglise et l'a équipé de son Esprit pour témoigner de lui dans ce monde. A chacun Dieu fait un don: Comme de bons dispensateurs des diverses grâces de Dieu, que chacun de vous mette au service des autres le don qu'il a reçu (1 Pierre 4:10)




Très Miséricordieux Jésus, Ta bonté est infini et les trésors de Ta grâce sont innombrables. J’ai confiance sans bornes en Ta miséricorde qui est par-dessous toutes Tes œuvres. Je me donne à Toi entièrement et sans restrictions pour pouvoir vivre ainsi et tendre a la perfection chrétienne.
Protège-moi, car, devant servir à Ta propre gloire, je crains tout de ma faiblesse, mais, en même temps, j’espère tout obtenir, de Ton inépuisable Miséricorde. O bon Sauveur, puisse l’humanité entière connaître l’abîme insondable de Ta Miséricorde, avoir confiance en sa toute-puissance et la glorifier ici-bas et dans l’éternité. Amen






Diverses sources

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire




PRIÈRE pour obtenir des grâces DU SERVITEUR DE DIEU LE PAPE JEAN-PAUL II


Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×