Pieds lavés

Ce que Je fais, tu ne le sais pas à présent; par la suite tu comprendras.
Jn,13,7

Ma bénédiction d'aujourd'hui est tiré du passage du lavement des pieds des disciples au moment où Jésus entre dans son "Heure" de passage au Père en sa mort-résurrection-ascension.
Dans le lavement des pieds, Jésus s'humilie et prend l'attitude du Serviteur. Il n'existait rien dans le rituel de la Pâque Juive qui corresponde à ce geste. Tout au plus, à l'arrivée d'un hôte, on pouvait parfois lui laver les pieds en signe d'accueil, ou encore, par respect à l'égard de leur maître à son retour d'un voyage, des disciples pouvaient quelquefois lui laver les pieds, mais cela ne se faisait pas, comme ici, au cours du repas.
Jésus accomplit ici un geste qui, dans le contexte culturel de son pays et deson époque, prend une très forte signification. En effet, un esclave Juif avait le droit de refuser de laver les pieds de son maître, tant cette démarche était considérée comme abjecte et humiliante. Jésus,en se situant comme moins qu'un esclave face à ses disciples, pose une action symbolique qui révèle l'abîme d'abaissement qu'il va traverser dans sa passion et sa mort, en vivant l'obéissance jusqu'au bout à la mission que le Père lui a confiée, afin d'achever son dessein de salut pour toute l'humanité. D'où le refus scandalisé de Pierre de se laisser ainsi laver les pieds, et l'insistance de Jésus pour qu'il en soit ainsi. Jésus nous invite à vivre cette même démarche dans nos relations fraternelles en Eglise. Ce qu'il a fait pour nous, lui, le Maître et Seigneur, nous devons le refaire entre nous les uns pour les autres


Ce que Je fais, tu ne le sais pas à présent

La réaction de Pierre permet à Jésus d'expliquer à quel point son action est le symbole de son "Heure" de passage au Père dans l'événement qui va suivre. L'embarras de Pierre montre que Jésus va plus loin que de donner une leçon d'humilité que les disciples peuvent comprendre sur le champ : ils ne saisiront la portée de cet acte qu'après l'accomplissement de "l'Heure" de Jésus en sa
résurrection, comme le leur précise Jésus . Sans le lavement de leurs pieds par Jésus, les disciples ne peuvent avoir part àson héritage de vie éternelle. Il leur faut accepter le scandale de la croix , et le recevoir en leur existence, comme "lieu" du salut
définitif offert par Dieu.



Ce que Je fais : "laver les pieds"

Ce geste du Christ ouvre sur l’offrande de soi aux autres et conduit à la croix, c’est-à-dire à l’offrande totale de soi, sans aucun retour en arrière, car il est mû non par une obligation de quelque ordre que ce soit, mais par l’amour,…l’amour de Dieu


tu ne le sais pas à présent;

Pierre ne peut saisir à ce moment là, la portée du geste de Jésus car il n’a pas compris et donc pas pu accepter l’annonce de
la Passion. Il ne comprend pas que Jésus fait sienne la décision humaine des autres, pour se l’approprier et en faire don comme
son testament. En fait il ne comprendra cela qu’après la mort et la résurrection de Jésus et plus encore après la Pentecôte ! Mais pour l’heure Jésus doit vraiment l’inviter à se laisser faire !

Nous sommes interpellés au niveau de la pauvreté du coeur nécessaire à notre attitude de foi en vérité. Comme Jésus, nous avons à nous dépouiller de nos projets, de nos perspectives de réussite, en les mettant concrètement au second plan, derrière la priorité absolue de notre imitation du Seigneur mort et ressuscité.
Nous dépouiller également de la même façon face à nos frères et soeurs, en qui nous reconnaissons l'image de Jésus, qui nous demande de réitérer sans cesse son geste du lavement des pieds, quand il nous dit "qu'il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime" (Jean, 15, 12 - 15).


..par la suite tu comprendras.

signe d’amour et d’infini respect car Jésus ne lave pas les pieds de ses disciples, comme on pourrait passer un coup de serpillière, il ne le fait pas à la va vite, il prend le temps avec chacun. De même il ne demande pas aux apôtres de venir devant lui pour se faire laver les pieds, mais c’est lui qui va vers eux, (comme le Père de l’enfant prodigue !) En fait, à travers ce geste Jésus révèle aussi aux apôtres, et à travers eux à tous les hommes, leur dignité d’enfants de Dieu, leurs extraordinaire dignité d’enfants bien aimés du Père et ce malgré toute la poussière qu’ils ont sur les pieds, c'est-à-dire leur faiblesse humaines et donc toutes leurs fautes !

signe et appel à l’humilité Jésus en effet est le maître, et il se baisse pour atteindre les pieds de ses apôtres ! On peut même dire qu’il se met à genou, pour accomplir son geste ! Ce n’est pas une humilité servile, une humilité forcée qui dégraderait l’homme, non l’humilité de Jésus est volontaire et vécue dans l’amour de l’autre. Parce que Jésus aime, il se donne dans ce geste de service, il abdique toute supériorité, il se fait petit avec les petits, plus même il met le petit à son niveau, comme d’égal à égal. L’amour élève, et n’écrase jamais ! ….

signe de service Jésus prends là le rôle de serviteur, plus même car de son temps ce sont les esclaves qui remplissaient cette fonction. Jésus nous montre là ce qu’il est vraiment le Fils de l'homme qui n'est pas venu pour être servi, mais pour servir »

signe et geste de purification il faut être purifié par le Christ pour participer à son royaume, pour avoir part avec lui. Et cette purification est capitale ! On ne peut suivre le Christ sans se laisser faire par Lui, sans se laisser purifier par Lui. Jésus ne juge pas, ne condamne pas, il est venu pour sauver !
signe d’obéissance et d’offrande totale ce geste est posé juste avant la Passion et donc la mort sur la croix. Jésus a dit ce oui incroyable : « oui, j’accepte de mourir pour tous les hommes », c’est un oui à l’amour, un amour qui se donne totalement, pour tous et sans aucune condition. Ce oui est une réponse à l’appel qui lui vient du Père. Jésus aime le Père, il ne fait qu’un avec Lui, il ne lui refuse rien, pas même sa vie, pas même toutes les souffrances par lesquelles il va devoir passer afin que l’homme soit sauver.

Le lavement des pieds c’est cela : se laisser approcher par le Christ et se laisser purifier par lui car sans cette purification il ne peut y avoir de réelle communion, en effet, si Dieu est tout amour il est aussi toute sainteté, et la sainteté ne s’accommode pas de la boue de nos péchés.

Nous entrevoyons que le lavement des pieds n’est pas qu’une simple image, nous le vivons ! Nous le vivons chaque fois que Dieu se fait tout petit pour s’abaisser jusqu’à nous, jusqu’à notre misère. Nous le vivons à chaque fois que nous recevons le sacrement de réconciliation, à chaque fois que nous communions à son Corps et son Sang dans l’eucharistie, Dieu se fait alors notre humble serviteur pour se faire notre nourriture, notre vie !




Mais avons-nous vraiment conscience de cela lorsque nous vivons ces sacrements ?

Si nous ne laissons pas Jésus nous laver les pieds, c'est-à-dire si humblement nous ne le laissons pas venir à nous pour nous purifier, ce qu’il fait particulièrement dans les sacrement de la réconciliation et de l’eucharistie, alors nous n’aurons pas la force de le suivre dans ce don d’amour de nous-mêmes aux autres.


Par son Corps et son Sang, Jésus vient faire sa demeure en nous et donc nous donner la force d’aimer nos frères et sœurs comme lui les aime, c'est-à-dire jusqu’au bout de nous-mêmes. Communier, c’est accepter que Jésus vienne en nous, non seulement pour nous aimer nous mais qu’il vienne aussi aimer les autres à travers nous. C’est ce qui fait d’ailleurs que la messe n’est jamais finie puisqu’elle est amour de Dieu et des autres !


Vivre au quotidien le lavement des pieds c’est comme Jésus


être signe d’amour et d’infini respect
En rendant service, en nous abaissant jusqu’aux autres avec un infini respect, en bannissant tout esprit de supériorité et de condescendance. Reconnaissant que ce frère ou cette sœur, qui a besoin de moi aujourd’hui est tout aussi respecté
et aimé de Dieu que je le suis.


être signe et appel à l’humilité
En vivant la rencontre avec autrui dans un esprit d’humilité vraie. Il n’y a pas de honte à se mettre à genou (moralement et physiquement) devant l’autre si c’est pour le relever, si c’est pour le soigner, si c’est pour l’aimer.


être signe de service
En étant toujours disponible aux besoins réels des autres, en étant attentionnés envers eux, sans attendre qu’ils le soient envers nous. A l’image du Christ nous sommes appelées à servir et non à être servi, à faire passer les autres avant nous-mêmes. Et si un jour nous avons besoin des autres alors sachons aussi en toute humilité et en toute reconnaissance recevoir leur aide, comme étant un cadeau de Dieu et non pas un dû.


être signe et geste de purification
En vivant dans la communion fraternelle, c’est à dire en vivant le pardon mutuel. Savoir demander pardon est tout aussi important que de savoir offrir son pardon. Nous ne pouvons aimer si nous ne pardonnons pas. Et si nous n’aimons pas les autres alors pouvons vraiment dire que nous aimons le Christ ? Pouvons nous décemment recevoir le recevoir dans son eucharistie alors même que lui s’est offert pour nous sur la croix ?En aidant les autres également à faire la lumière dans leur vie, afin qu’ils puissent grandir dans l’amour de Dieu et des autres.


être signe d’obéissance et d’offrande totale
En étant comme Jésus obéissance à la volonté du Père, donc à la parole de Dieu. Or si pour accepter la volonté de Dieu il nous faut la connaître et donc lire sa parole, qui est la bible, il nous faut aussi l’accepter dans sa plénitude. On ne peut choisir seulement les passages qui nous plaisent, c’est toute la parole de Dieu qu’il nous faut accepter et à laquelle il nous faut nous soumettre , et l’Église est là pour nous l’enseigner . En étant aussi obéissance à la parole de l’Église puisque c’est le Christ lui-même qui l’a instituée. Là encore on ne peut choisir uniquement ce qui nous plait, il nous faut en accepter les enseignements et les vivre, même si cela nous dérange dans notre petite vie courante. Être obéissance est la première chose, vient ensuite le fait d’être offrande au père, comme Jésus pour tous nos frères et sœurs. Beaucoup de personnes pensent aujourd’hui que cela est réservé au religieux et consacrés, mais c’est une erreur tout chrétien est appelé à aimer les autres comme le christ c'est-à-dire jusqu’au bout d’eux-mêmes, selon leur vocation propre.
Par ailleurs nul n’est dispensé de prier et d’intercéder pour les autres, qu’ils soient amis ou ennemis, c’est même un devoir essentiel de la charité fraternelle.

Ainsi nous le voyons, le geste du lavement des pieds est loin d’être sans conséquences dans notre vie, du moins si nous voulons vraiment suivre le Christ en l’imitant dans son amour de l’humanité. Le lavement des pieds nous parle sans équivoque d’amour, de service, d’humilité de purification, de don de nous-mêmes. C’est un texte très fort que nous ne pouvons laisser passer à côté de nous sans réagir.
Nous qui allons communier, pensons aussi à ce geste du Christ envers nous-mêmes, et offrons nous à lui, pour qu’il nous purifie toujours de plus en plus et qu’il nous apprenne à être offrande aussi pour les autres dans le service quotidien et dans tout ce qui peut faire notre vie, notre communion aux autres.
Seigneur Jésus,
en lavant les pieds de tes disciples au cours de ton dernier repas,
tu t'es abaissé devant eux, en manifestant un comportement inférieur à celui d'un esclave,
et tu nous as ainsi révélé le "sens" profond de ce que tu as vécu dans ta mort pour nous,
pour avoir pris tous les risques, en étant fidèle à ta mission jusqu'à ce point extrême :
apprends-moi à participer aux gestes eucharistiques de ton dernier repas,
qui nous dévoile jusqu'où va l'amour miséricordieux de Dieu qui nous sauve, et que tu nous révèles,
Merci de livrer ainsi ta vie pour nous et de nous transmettre ton attitude en ces gestes,
Merci de faire de nous tes amis, nous qui, de nous-mêmes, ne sommes rien d'autre que des pécheurs,
qui, détachés de toi, ne pourrions rien faire. AMEN.

d'aprés différentes sources


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire




PRIÈRE pour obtenir des grâces DU SERVITEUR DE DIEU LE PAPE JEAN-PAUL II


Le référenceur des meilleurs sites catholiques francophones

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×